S3PInfos Hebdo Presse (du 22 au 26 juin)

JPEG - 322 ko

Le S3PI de l’Artois vous relaye quelques informations

Focus

Dispositif d’information de la population en cas d’évènement grave
Le ministère de l’intérieur a annoncé le 29 mai dernier que les messages d’alerte et de prévention du ministère seront diffusés de façon prioritaire par Twitter, Facebook, Google, mais aussi certains canaux de communication de la RATP, Vinci Autoroutes, Radio France et France Télévisions.
Ce dispositif d’information des populations remplace l’application SAIP qui avait été lancé en 2016 à l’occasion de l’Euro de football.
En savoir plus

Une plateforme de surveillance des sécheresses
Imageau a lancé une plateforme pour surveiller l’évolution de la ressource hydrique à destination des acteurs publics et privés.
D’accès gratuit et continu, le site propose des données mises à jour quotidiennement. Il fournit par département sous forme de cartes et de diagrammes un indicateur de sécheresse des nappes phréatiques, et des cours d’eau.
Cette plateforme s’adresse aux organismes consultés lors des comités sécheresse, aux agence de l’eau, au MTES et ses services déconcentrés, ainsi qu’aux services décentralisés ayant une compétence de préservation de la ressource en eau.
environnement-magazine : "Info-secheresse.fr : une plateforme de surveillance des sécheresses - 19/06/2020

Appel à projet photovoltaïque de 250 à 500 kWC en autoconsommation
La région Hauts de France lance un appel à projet visant à soutenir les études et investissements d’installation photovoltaiques de 250 à 500 KWC en autoconsommation sur toiture dans les secteurs industriels et tertiaires.
Plus d’informations

L’IRSN a publié son baromètre 2020
L’institut de Radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a publié son baromètre de perception des risques et de la sécurité par les Français.
Sur la question spécifique des sujet environnementaux, le dérèglement climatique et la perte de biodiversité sont les sujets qui préoccuppent le plus les français interrogés.
Concernant les risques liés aux installations industrielles, les activités les plus à même de provoquer un accident grave ou une catastrophe restent en premier lieu les centrales nucléaires pour près d’un tiers des personnes interrogées.
actu-environnement : " La perception des français aux risques et à la sécurité évolue" - 24/06/2020
Consulter le communiqué de Presse du Baromètre 2020 de l’IRSN

JPEG - 119.1 ko

Comment prévenir les effondrements des silos
Selon le Barpi (Bureau d’analyse des risques et pollutions industrielles), 30 ruptures ou effondrements de silos ont été enregistrés en 30 ans en France. « Nous avons heureusement évité toute mort d’homme, mais c’est parfois passé tout près », constate Mathieu Reimeringer, de La Coopération agricole Solutions +, craignant toutefois que les cas ne s’accroissent face au vieillissement. Or, le parc français a une moyenne d’âge de 35 ans. Ainsi, des préventions de risques s’imposent. « Les contrôles visuels ne sont pas suffisants pour prévenir les accidents. Des diagnostics complémentaires par des bureaux spécialisés doivent être réalisés, car les prémices d’un effondrement ne sont pas toujours visibles », explique le Barpi. D’après Mathieu Reimeringer, consultant en risques industriels et surveillance des structures, les travaux sont entrepris selon les niveaux d’urgence. « Les coopératives nous contactent pour faire réaliser un audit soit d’un site, et cela peut se faire assez rapidement, soit pour un diagnostic global et, dans ce cas, c’est souvent effectué dans le cadre d’un programme qui s’étale sur trois à cinq ans, à raison de 10 à 30 silos par an, selon la taille de l’organisation », détaille cet ingénieur en génie civil, qui a réalisé une thèse sur l’effondrement de structures en béton armé. Après sept ans à l’Ineris, il est entré en 2016 à Services Coop de France (aujourd’hui La Coopération agricole Solutions +).
Agro Distribution, « Silos : prévenir les effondrements » – 05-06/2020

Départ de feu sur un site classé SEVESO en Dordogne
Un incendie s’est déclaré samedi 20 juin dans l’usine AQUITAB à Saint Felix de VILLADAIX.
Ce site industriel, calssé SEVESO Seuil Bas est spécialisé dans la fabrication de pastilles de chlore pour piscine. A l’origine du sinistre, des palettes de produits finis non chlorés dans le bâtiment de production. Sud Ouest informe par ailleurs que cet incident n’a fait aucune victime.
Sud Ouest "Dordogne : un départ de feu sur un site classé SEVESO" - 20/06/2020

Héming : un incendie touche un site classé Seveso seuil haut
Le 23 juin, un incendie s’est déclaré sur la cimenterie Eqiom de Héming, près de Strasbourg, un site classé Seveso seuil haut. L’origine du sinistre est encore inconnue, mais une enquête environnementale a été engagée « afin de déterminer les éventuels impacts liés aux dégagements de fumée », annonce la préfecture de Moselle dans un communiqué. Toutefois, la préfecture affirme que « le produit en cause serait un liquide inflammable ayant pris feu ». Le personnel présent sur le site a été évacué par les services de secours, une partie de la population a été confinée durant les deux heures qui ont suivi le début de l’incendie et la SNCF a limité la vitesse de circulation des trains, ajoute la préfecture.
www.francetvinfo.fr, « Moselle : une cimenterie évacuée et des riverains confinés en raison d’un incendie sur ce site classé Seveso seuil haut, à Héming » – 23/06/2020

Incendie à la décharge de Pavie
500 m2 de déchets ont pris feu, le 23 juin, à la décharge de Pavie. Des flammes qui ont provoqué une vive inquiétude du côté des riverains et notamment de deux collectifs, qui parlent d’accident industriel. Jean-Manuel Fullana, membre des deux associations, estime que « les déchets présents dans le casier, dont des pneus, du plastique ou encore de la laine de verre, ont pu provoquer des fumées toxiques, potentiellement dangereuses ». Il a également fait part de ses craintes concernant les conduites de gaz voisines et la membrane de protection du casier, qui limite la pénétration de la pollution dans le sol, ainsi que la présence d’azote liquide sur le site, qui permet d’épurer ce gaz pour le remettre ensuite en circulation. De son côté, le directeur général des services de Trigone, Jean-Christophe Vergnes, affirme qu’il n’y a « aucun risque pour le réseau de biogaz qui était éloigné du foyer ». « Concernant la toxicité des fumées et compte tenu de la durée du phénomène, je ne pense pas qu’il y ait des effets pour les riverains, qui sont assez éloignés », ajoute-t-il. Il confie toutefois qu’une étude doit être diligentée.
www.ladepeche.fr, « Incendie à la décharge de Trigone à Pavie : « accident industriel » ou « incident » ? » – 24/06/2020

JPEG - 193.8 ko

Marchiennes : les eaux du Décours ont été polluées
Les eaux du Décours ont été polluées en fin de semaine, à hauteur du pont de la rue de l’Ange-Gardien, à Marchiennes. La nature du produit déversé reste inconnue mais il est fort probable que ce soit de la peinture ou un colorant industriel jeté dans le Décours. Le maire de Marchiennes, Claude Merly, a décidé d’alerter le syndicat Cœur d’Ostrevent au titre de sa compétence Environnement et Cadre de vie pour signaler cette « étrange pollution ».
www.lavoixdunord.fr, « Marchiennes : les eaux du Décours souillées rue de l’Ange-Gardien » – 20/06/2020

Un rejet accidentel de soude pollue la Somme
La préfecture de la Somme a été alertée ce dimanche par la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Amiens, qui gère l’usine Procter & Gamble, d’un rejet accidentel de soude dans le fleuve. Une quarantaine de communes sont concernées par les mesures de précaution mises en place quant à l’usage de l’eau. Par ailleurs, la préfecture de la Somme a diligenté une inspection pour connaître les origines du dysfonctionnement de la station d’assainissement. Des analyses de la qualité des eaux de la station sont aussi en cours pour mesurer l’impact de la dilution dans la Somme de la concentration en soude des effluents rejetés, explique la préfecture dans un communiqué. De son côté, l’Agence Régionale de Santé (ARS) assure que « les rejets sont sans impact sur l’eau à destination de la consommation humaine ».
La Voix du Nord, « La Somme polluée après un rejet accidentel de soude » – 24/06/2020

JPEG - 124.6 ko

Quelles perspectives pour les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat ?
Après neuf mois de réflexions et d’échanges, la Convention citoyenne pour le Climat a terminé ses travaux le 21 juin dernier.
Le travail accompli révèle que de nombreuses mesures ne sont pas nouvelles mais qu’il y avait un besoin de trouver des points de consensus.
Dans un message lu à l’ouverture de la dernière session de travail, le Président de la République a fait savoir qu’il allait travailler sur leurs propositions.
Reste à savoir si les propositions retenues seront soumises à référendum ou projets de loi au Parlement.
Actu-environnement : "Convention citoyenne pour le climat : quel avenir pour ses 150 propositions ?" 19/06/2020

Connaissancedesenergies.org : Qu’est ce que la convention citoyenne pour le climat ?

JPEG - 28.8 ko

Greenpeace demande un moratoire sur les ICPE concernant les élevages
agricoles

Dans un rapport publié le 24 juin, l’ONG Greenpeace dénombre 3300 ICPE soumises à autorisation qui concernent des élevages agricoles et demande un moratoire sur ces installations ainsi qu’un encadrement plus strict sur les installations existantes.
Actu-environnement : "Greenpeace demande un moratoire sur les "Fermes usines" en France." - 24/06/2020
Consulter le rapport
JOURNAL OFFICIEL

Décision du 21 février 2020 consécutive au débat public dans le cadre de la préparation de la cinquième édition du plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs
Legifrance.gouv.fr